L’huile de menthe

L'huile de menthe  dans Les huiles végétales

Sa composition

L’huile de menthe est composée principalement de monoterpènes (limonène, alpha minène, beta-pinène et sabinène), de monoterpénol (menthol) à environ 40%, de monoterpénones (menthone) à environ 20%, d’esther et d’oxydes terpéniques et de sesquiterpènes. C’est une huile transparente.

 l'huile de menthe dans Les huiles végétales

En médecine préventive

Pour les voix respiratoires (gorge, trachée, sinus) l’huile de menthe poivrée facilite la décongestion nasal et soigne le rhum (en l’associant avec de l’huile d’eucalyptus).Elle agit également contre la mauvaise haleine (en associant la menthe poivrée, le thym et la lavande) grâce à ses vertues désifectante, antiseptique et anti-microbienne.

L’huile de menthe est conseillée pour faciliter la digestion, grâce à ses vertues anti-spasmodique et digestive. Sous forme de massage et en l’associant avec d’autres huiles végétales comme l’huile de basilic, de cumin, d’un peu de citron et d’estragon, elle agit contre le ballonnement. Associée à du basilic, du coriandre, de la marjolaine, de la camomille et de la lavande, l’huile de menthe agit contre les « brûlures » dites d’estomac. Contre des éventuelles crises ou douleures au foie, mélanger l’huile de menthe avec de l’huile de jojoba ou de macadamia. Contre la « gastro », vous pouvez appliquer de l’huile de menthe avec de l’huile de laurier, d’estragon (en rajoutant de l’huile de macadamia pour adoucir le mélange). 

Contre le mal de mer et les nausées ou encore les vomissements, vous pourrez la mélangez avec du citron et/ou du basilic, en favorisant l’huile de menthe poivrée. 

Pour les entorses, les foulures ou encore les maux de dos (lumbago, douleurs au bas du dos… etc), vous pourrez l’associer à de l’huile de gaulthérie, d’hélichryse, de laurier, de jojoba ou de macadamia. Sous forme de massage, l’huile de menthe associée à de l’huile de gaulthérie, d’eucalyptus et de macadamia agit contre le rhumatisme.

L’huile de menthe agit aussi contre les migraines et les maux de tête, en l’associant à de l’huile de lavande et de l’huile de macadamia. Pour ce mélange utiliser deux huiles de menthe, l’huile de menthe poivrée et l’huile de menthe champêtre. Pour un effet moindre, mélanger l’huile de menthe avec de l’huile de lavandin, de basilic et de macadamia. Elle agit également contre les problèmes de mémorisation en la mélangeant avec du basilic et du pin ainsi qu’à la fatigue (girofle, basilic, cannelle, thym et sauge).

En cosmétique

On utilise l’huile de menthe sous forme de massage pour la peau qu’elle adoucit et qu’elle parfume. Elle a une action nourrissante, énergisante, tonique et rafraîchissante sur l’épiderme. Elle agit sur les démangeaisons. On peut également l’utiliser contre la transpiration excessive des mains et/ou des pieds. Pour ce faire, mélanger avec de l’huile de sauge et de cyprès. 

Avertissement et conseils

L’huile de menthe étant irritante, il est donc conseillé de l’utiliser avec d’autres huiles végétales afin d’en altérer se problème. Il ne faut donc pas utiliser de manière excessive l’huile de menthe de peur de se retrouver avec des démangeaisons ! Il est donc conseillé de mélanger environ 30% d’huile de menthe avec les autres huiles végétales. 

Comme presque toutes les huiles, l’huile de menthe n’est pas recommandée pour les femmes enceintes ou en période d’allaitement ainsi qu’en cas de traitement homéopatique. De plus, il est vivement recommandé de conserver comme toutes huiles essentielles, votre huile de menthe à l’abris de la lumière de la chaleur et de l’humidité.

Source: page web, page web

 

Cécile Chiromancie

Les vertues de l’huile de menthe

 

L’aromathérapie

L'aromathérapie dans aromatherapieQu’est-ce-que l’aromathérapie ? 

L’aromathérapie est l’utilisation des plantes ou une partie pour fabriquer des huiles essentielles. On l’a confond souvent avec la phythothérapie, qui utilise la plante dans son ensemble. 

Déjà utilisée au temps ancien, par les grecs, dont l’origine latine, grec veut dire thérapie par les arômes ou par les plantes… les Egyptiens l’utilisaient ainsi que certaines méthodes d’extractions et de disstillations en Chine et en Inde.

 

Historique & Etymologie

C’est en Egypte seulement malgré l’utilisation des méthodes de l’aromathérapie en Grèce, en Chine, en Inde et en Rome antique, que cette science fut admise comme avérée. 

C’est seulement à partir du XIXè s. que les médecins, botaniste, pharmaciens et alchimistes de l’époque decidèrent de différencier les principales molécules composants les plantes en aromathérapie. D’où l’appelation « principe actif » des principaux constituants d’une huile essentielle actuelle, comme principes actifs de base et constituants d’une huile.

Le mot chromatographie vient du grec, composé de deux appelations « Khroma » signifiant couleur et « Graphein » signifiant écrire. Ecrire les couleurs ou étudier les différentes molécules existantes dans une huile d’essence de plante.

 

Les médecins d’Antiquité

Discoride Pedanius : Botaniste, pharmacien d’époque grec,  a écrit des extraits sur les plantes aromatiques et médicinales à l’époque. Ces découvertes et fondations, ainsi que ces mémoires perdurèrent durant toute l’époque Moyen-Ageuse jusqu’à aujourd’hui.

Il fut né en 40 av J-C dans la région de la Cilicie en Turquie, à Anazarbe.

Lire également le lien Wikipédia suivant sur lui.

Jabir Ibn Hayyan : alchimiste d’antan, il fut le créateur en pays arabe de l’alambic au Xè s.

 

Récemment 

Les pionniers, « pères » de l’aromathérapie et de son appellation courante depuis le XIXè s sont le chimiste René-Maurice Gattefossé (1881-1950) et le docteur Jean Valnet (1920-1995). 

Gattefossé se brûla la main en faisant des recherches dans son laboratoire lorsqu’il découvrit que l’huile de lavande « a » des vertues cicatrisantes, apaisantes, anti-inflammatoires  ainsi qu’antiseptique (anti-microbienne). Au cour du XXè s., Jean Valnet poursuivit les recherches et analyses de Gattefossé pour en prendre exemple en s’appuyant sur ses découvertes. Il es l’auteur du livre « Traitements des maladies par les essences des plantes » écrit en 1964.

Lire également le lien Wikipédia suivant 

Concernant les principes actifs qui constituent la base d’une huile essentielle extraite d’un végétal, c’est le chercheur Pierre Franchomme qui poursuivit des recherches sur les « principes actifs ».

Le botaniste russe, Mikhail Tswett (1872-1919), voulant dire couleur en russe, utilisa en 1906 pour la première fois, le terme chromatographie. 

 

La chromatographie

Par la suite, avec toutes ses recherches, le mot chromatographie fit surface et fut inventé afin de distinguer l’aromathérapie de celle-ci. La chromatographie consiste à séparer les différentes substances d’une huile. C’est une technique de séparation de composants chimiques appelées substances en aromathérapie. Les échantillons relevés subissent des tests dans des élèments différents ou sur des supports différents. La vitesse des molécules est alors étudiée en fonction de leur caractéristique et de leurs tests.

Certaines analyse en chromatographie lié a un detecteur, premettent d’étudier le milieu ainsi que la qualité et la quantité d’une molécule étudiée.

On distingue la chromatographie analytique de la chromatographie préparative. Différentes l’une de l’autre, la chromatographie analytique consiste à identifier et doser les molécules chimiques pour des mélanges d’huiles et en apprécier leur contenu. La chromatographie préparative permet de purifier assez de molécule pour une utilisation ultérieure. Son but est de relevé assez de substance afin d’en obtenir suffisemment pour les préparatifs. 

C’est le chercheur botaniste russe Mikhail Tsewtt qui utilisait des colonnes d’absorption pour différencier les différnents pigments (ou couleurs) des molécules d’huile d’essence de plante.

C’est en 1952, que les chercheurs Martin et Synge, reçurent le prix nobel de chimie pour l’invention de la chromatographie de partage.

Cécile Chiromancie

La définition de l’aromathérapie et de la chromatographie

 

La télépathie

« La télépathie n’est pas toujours positive si celle-ci nous est nuisible. »

 

La télépathie dans Bienvenue Energie

La télépathie n’est pas toujours positive dans le sens où si celle-ci nous est nuisible. Si lorsqu’on pense à des personnes proches celles-ci se trouvent en correspondance télépathique avec vous, alors peut se créer des conflits, voir de la rancune de l’autre côté c’est à dire du côté de votre destinataire.

De plus, si le destinatinataire à des sentiments intenses pour vous, il se peut que la télépathie ne soit pas un bon atout pour arranger les comportements verbaux de la personne concernée.

La télépathie est à manier avec prudence pour ceux qui s’y intéresse et ceux et celles qui veulent en faire une activité. Quotidienne ou non, la télépathie permet de mieux comprendre une personne mais aussi parfois de mieux s’en détacher. 

Le but n’étant pas forcément de se détacher de la personne mais comme tout bonheur et bien-être de pouvoir jouir d’une activité que l’on apprécie et que l’on aime, il est nécessaire de se sentir à l’aise avec ce que nous pratiquons et donc de faire en sorte d’envoyer de bonnes ondes à travers et grâce à la télépathie.

Cécile Chiromancie

Chiromancienne, cartomancienne, bien-être et télépathie

 

72 anges pour nous protéger et veiller sur nous

 

 

 

72 anges pour nous protéger et veiller sur nous dans Angéologie ange-masculin-240x300Les 72  anges répertoriés dans la science de l’angéologie, l’étude des anges sont là pour nous guider sur le droit chemin que nous devons entreprendre et suivre tout au long de notre vie, et surtout lors de moments difficiles qui se préentent à nous.

Les 72 Anges de l’arbre « généalogique » en angéologie, sont classés en 8 catégories de 9 anges chacune commanditées chacune par un archange.

On compare et on associe souvent les anges et l’angéologie aux forces créatrices universelles qui dominent  notre planète issues de l’Univers appelé cosmos.

Cette énergie est présente toute autour de nous, autour de la planète Terre.

Nous sommes en mesure de « capter » et de comprendre que cette énergie peut-être bienfaisante et vitale pour le bien-être de notre organisme durant notre vie ici sur Terre. En faisant appel à eux, nous nous permettons de croire et de nous ancrer dans la croyance de l’angéologie ancestrale, dont certains archanges comme l’archange Gabriel existait déjà avant la période et la naissance de Jésus-Christ. 

Les Anges gardiens sont-ils une pure imagination de l’homme ou une véritable croyance ? 

Selon les Quatre élèments, le Feu, l’Eau, l’Air et la Terre et selon certains, les anges seraient divisés également en quatre catégories de 18 anges chacune.

femme-angéliquee-300x225 angéologie dans Bienvenue

Les 18 anges relatifs à l’élèment Feu valorisent l’action, le pouvoir, parfois la domination, le commandement, l’énergie, l’enthousiasme, l’initiative, la régénération, la transformation et la croissance ainsi que les projets, la vie professionnelle.

Les 18 anges reatifs à l’élèment Eau valorisent l’harmonie, le calme, la prospérité, la richesse intérieur, la méditation, le rêve, la féminité, la beauté, l’art, les croyances, la spiritualité, l’ésotérisme, la facilité de communication, l’amour, les sentiments, les passions ainsi que le désir, l’introspection.

Les 18 anges relatifs à l’élèments Air valorisent la fluidité, le mouvement, le changement, le partage, l’écoute, l’ambition parfois, la volonté,  l’amour également, l’union, et parfois la fausseté, les mensonges.

Les 18 anges relatifs à l’élèments Terre valorisent l’ancrage, la famille, l’objectivité, la patience parfois, le courage et le travail, la dureté également, l’amour, les sentiments de compassions, d’aide et d’empathie, de fraternité.

 Les Anges sont là pour nous servir et nous rendre heureux.


anges-enfants-300x300 anges

En faisant appel à eux et en les invoquant, vous rentrerez en communication spirituelle et médiumnique avec eux et en fonction de votre signe zodiacal issu de l’astrologie occidentale, certains vous serons plus favorables que d’autres pour vous venir en aide.

Vos prières seront exaucées selon votre Volonté et selon votre persuasion. Un léger fluide magnétique et spirituel rentre en vous, c’est cela même la Communication Universelle.


Cecile Chiromancie 

 

Les Anges – Guides spirituels

Les Anges nous protègent

Qui sont les anges ?

Les Anges sont les personnes défuntes ou parties dans l’au-delà en qui nous croyons toujours, avec qui l’on se sent bien lorsqu’on pense à elles.

Nous avons souvent cette appellation pour désigner nos êtres chers disparus et lorsque nous nous sentons triste, désarmés, nous aimons croire en eux. C’est eux qui nous réconfortent, nous donnent de l’espoir et c’est grâce à eux que nous nous sentons plus fort, plus disponible pour les gens qu’on aiment et plus heureux.

Pourquoi croire aux anges ?

Parce qu’ils sont parmi nous, toujours dans les moments difficiles même si l’on pense que la vie reste malgré tout dur à vivre.

Ils sont là pour nous faire voir la vie sous un angle différent, de manière plus optimiste et pour nous apporter la force nécessaire afin de surmonter nos problèmes quotidiens.

L’Angéologie

Les anges sont des gardiens protecteurs. Dans l’étude des anges appelée l’angéologie, il existe 72 anges répertoriés et divisés en 9 choeurs d’anges composés chacun de 8 anges, dirigés par un archange. Chaque ange est associé à une planète, comme en astrologie les maisons sont associés au signes.

Un peu comme dans l’astrologie lunaire également, où les signes du zodiac varient très rapidement de planète en planète (environ tous les 3 jours), ici, dans l’angéologie, les anges sont associés à un planète et à un maison occupant 5° d’un signe du zodiac, sur 5 jours, durant toute l’année. L’année est donc partagée par tranches de 5 jours.

Sont distingués des compétences pour chacun d’eux et une terminologie différente selon que celui-ci soit masculin ou féminin. Ainsi un ange au prénom féminin se termine par la syllabe ‘iah’ tandis qu’un ange au prénom masculin se termine par la syllabe « -el », comme par exemple « Haziel ».

Issu de la religion chrétienne et de la Kabbale ainsi que de l’astrologie kabbalistique, l’ensemble de ces anges peuvent nous venir en aide grâce à des prières pensées et dites à voix basses.

Des problèmes d’argent, des problèmes sentimentaux, des problèmes de guérison, les anges sont là pour nous aider à surmonter nos problèmes.

Parfois l’on connait une personne de notre entourage portant le nom d’un des anges de la Kabbale, comme par exemple les prénoms Daniel et Mikael, qui en font parti.

Grâce à l’astrologie et aux positions planétaires, les anges nous influencent. Leurs énergies vient de l’énergie universelle qui est le cosmos.

C’est cette énergie salvatrice et bienfaisante que nous pouvons demander et faire appel grâce aux invocations des anges et de l’invocation de NOTRE ange spirituel. Car chaque individus ici sur Terre à son propre ange. Tous les anges veillent sur nous, même ceux des autres mois du zodiac.

En invoquant votre ange hébraïque et spirituel, vous pouvez prier sous forme de mots simples et sencés, pensés, auxquels vous croyez pour faire changer les choses et avancer. L’invocation doit être sérieuse, spirituelle et à pour but de vous apportez de l’aide.

 

Cécile Chiromancie

La Sorcellerie : définition

 Source:Wikipédia-La Sorcellerie

La sorcellerie désigne souvent la pratique d’une certaine forme de magie, souvent considérée comme la plus inférieure, et dans laquelle le sorcier établit une communication avec des « entités » de caractère démoniaque. Selon les cultures, la sorcellerie fut considérée avec des degrés variables de soupçon voire d’hostilité, parfois avec ambivalence, n’étant intrinsèquement ni bonne ni mauvaise. Certaines doctrines religieuses considèrent toute forme de magie comme de la sorcellerie, la proscrivent ou la placent au rang de la superstition. Elles opposent le caractère sacré de leurs propres rituels aux pratiques de la sorcellerie.

La sorcellerie est un terme controversé et son histoire est complexe. Selon le contexte et le milieu culturel dans lequel ce mot est employé, il désigne des idées différentes, voire opposées. Chaque société possède ses propres conceptions en matière de tradition, de croyance, de religion, de rites, de rapport à l’au-delà et à la mort et d’esprits bons ou mauvais ; il est parfois impossible de trouver un équivalent d’une culture à l’autre.

Ce terme est également employé de façon péjorative en référence à la pratique de la magie. La sorcellerie est alors, dans cette acception, l’accusation portée à l’encontre de ceux qui utilisent des moyens surnaturels pour un usage réprouvé par une majorité de la société. Les croyances en ce type de praticiens de la magie se sont rencontrées dans la plupart des sociétés humaines. De telles accusations ont parfois mené à des chasses aux sorcières.Dans d’autres sociétés, les chamans ou les griots étaient non seulement bien acceptés en tant que praticiens des rituels traditionnels et d’intercesseurs avec les forces et les énergies de l’invisible, mais respectées, parfois craints, et souvent placés en positions socialement dominantes.

Pour les religions monothéistes (principalement le judaïsme, le christianisme et l’islam), la sorcellerie fut souvent condamnée et considérée comme une hérésie. La notion de sorcellerie prit une grande importance pour les catholiques et les protestants à la fin du Moyen Âge. À cette époque la sorcellerie a progressivement été assimilée à une forme de culte du Diable. Des accusations de sorcellerie ont alors été fréquemment combinées à d’autres charges d’hérésie contre des groupes tels que les Cathares et les Vaudois. Certains groupes anciens ou modernes se sont parfois plus ou moins ouvertement réclamés d’un culte « sataniste » dédié au mal.

Etymologie :

Deux origines possibles sont retenues concernant le mot sorcellerie. Certains affirment qu’il dérive de sourcier et d’autres affirment qu’il dérive du mot sort, maléfice lancé par un « jeteur de sorts ».

  • La traduction allemande est « Hexe » dérivée du vieil allemand « Hagazussa », c’est-à-dire Zaunreiterin « femme qui monte un Balai », d’où l’image traditionnelle de la sorcière en train de voler sur son Besom (mot désignant le balai).
  • En espagnol, « bruja » provient du terme ibère bruixa, et plus précisément du galicien bruxa.
  • Le mot anglais « witchcraft » est directement dérivé du vieil anglais wicca (homme chaman) et/ou wik (femme chaman). D’autres pensent que la racine commune à Witchcraft et wicca et wik serait Wit, qui désignerait la connaissance / sagesse en très vieil anglais. En réalité, sorcellerie en anglais ancien se dit wiccacraeft (d’où le terme actuel witchcraft et wicca est le masculin de sorcier (le féminin étant wicce et le pluriel wiccan). Ces mots dérivent du verbe wiccian qui signifie ensorceler, pratiquer la magie.

Les sorciers :

Selon l’acception générale et populaire du terme, le sorcier est un jeteur de sort, recourant à la magie noire et/ou blanche. Il peut être « spécialiste » d’un domaine, telle la communication avec les esprits, généralement de défunts (on parle alors plus volontiers de mage ou de voyant), ou l’animation d’êtres morts (nécromancien).

Du point de vue anthropologique, le mot sorcier peut recouvrir différentes fonctions comme chaman ou homme-médecine.

C’est aussi un personnage maléfique présent dans les contes et les légendes. Il figure désormais dans l’univers du jeu de rôles, dans l’univers de Terry Pratchett et autres, plus fantastiques, tels qu’Harry Potter.

Les Sorcières :

La sorcellerie désigne tout ce qui est considéré comme surnaturel sans appartenir à la religion officielle ou tout ce qui est relatif au mal dans ces mêmes religions. Il apparait que dans les mythologies des premières sociétés humaines (société matriarcale), la femme avait un rôle important. La religion ancienne devenant le diable de la nouvelle, le christianisme associa souvent les femmes à des rôles maléfiques telles les parques de la mythologie gréco-romaine ou encore Ève dans le mythe d’Adam et Ève, qui s’allie au serpent (agent du mal), pour plonger l’homme dans sa triste condition. Ceci explique partiellement le rôle prépondérant des sorcières à celui des sorciers dans les mythes populaires européens.

Volant dans les airs à califourchon sur son manche à balai, ainsi est représentée la sorcière dans l’iconographie populaire occidentale. Antithèse de la fée, elle a les mêmes fonctions que le sorcier, tant en anthropologie que dans les contes et légendes.

Les pratiques considérées comme de la sorcelerie :

Le terme sorcellerie est communément appliqué aux pratiques visant à influencer le corps ou l’esprit d’une personne, pratiques jugées subversives, mettant en péril l’ordre social.

Certains, comme les néo-païens, considèrent la nature maléfique de la sorcellerie comme étant une projection chrétienne. Cependant, le concept de « praticien de la magie » influençant le corps ou l’esprit d’autrui contre son gré était présent au sein de nombreuses cultures avant même l’introduction du monothéisme. En effet, de vieilles traditions de « magie blanche » ou religieuses avaient déjà pour but d’identifier ou de contrer ces praticiens. Beaucoup d’exemples de ce type peuvent être trouvés dans les textes anciens provenant d’Égypte et de Babylone. Dans les cultures où l’on croit que le sorcier a le pouvoir d’influencer le corps ou l’esprit d’autrui, il apparaît une cause crédible de maladie (chez l’homme ou l’animal), de malchance, de mort soudaine, d’impuissance ou maux divers dont l’origine paraît inexplicable. Une magie folklorique bénigne et socialement plus acceptable peut alors être utilisée pour remédier au sortilège, ou identifier le sorcier à l’origine du mal afin de s’en défendre ou d’en défaire l’enchantement.

Plusieurs pratiques magiques sont assimilées à la sorcellerie, de telle sorte que les personnes qui les utilisent ont été considérées comme des sorciers par les occidentaux, indépendamment de la culture dans laquelle ces pratiques sont en usage. Une des pratiques les plus connues consiste à fabriquer une poupée en argile, en cire ou en chiffons à l’effigie de personnes réelles et les actions qui sont effectuées sur ces poupées sont censées être transférées aux sujets qu’elles représentent (‘poupée vaudou‘ dans le vocabulaire courant, dénommée dagyde en occultisme).

 

La nécromancie, consistant à demander à l’âme d’un mort de révéler l’avenir, est également considérée comme une pratique typique de la sorcellerie. La sorcière biblique d’Endor est censée l’avoir pratiquée en faisant apparaître le spectre de Samuel (ou du diable métamorphosé en Samuel) à Saül.

Les croyances traditionnelles et populaires attribuent divers types de pouvoirs (acquis par contrat démoniaque dans la tradition chrétienne et monothéiste plus généralement) ont été prêtés aux sorciers : voler dans les airs, tourmenter l’esprit de leurs victimes. Les lutins, dans l’univers des contes, peuvent leur servir d’auxiliaires. Certaines pratiques considérées comme subversives ou abusives et parfois criminelles tombent sous le coup de la loi.

Croyances anciennes du Proche et Moyen-Orient :

 Comme le montrent certains textes antiques, la sorcellerie a joué un rôle aussi bien dans l’Égypte ancienne qu’en Mésopotamie, comme à Babylone. Cet extrait du Code d’Hammourabi (environ 2000 Avant J.-C.) : « si un homme en accuse un autre de sorcellerie, sans justification, celui qui est accusé doit aller à la Rivière Sainte ; Il doit plonger dedans, et si la Rivière Sainte le vainc, l’accusateur pourra prendre la maison du sorcier pour sienne » en témoigne.

La sorcellerie dans le Tanakh (Bible hébraïque, Ancien Testament) :

Dans la Bible, les références à la sorcellerie sont nombreuses ; les fermes condamnation de la pratique n’y sont pas tant basées sur la suspicion de supercherie, mais bien sur la notion que la magie en elle-même est une pratique abominable. (cf. Deutéronome 18:10–11 « Qu’on ne trouve chez toi personne (…) qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien, d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. », Exode 22:18, « Tu ne laisseras point vivre la magicienne. »).

Le récit de Saul rendant visite au sorcier de En Dor (I Samuel 28) nous montre qu’il croit fermement en l’évocation, par le sorcier, de l’ombre de Samuel. Enfin, d’après le Lévitique 20:27, « Si un homme ou une femme ont en eux l’esprit d’un mort ou un esprit de divination, ils seront punis de mort ; on les lapidera : leur sang retombera sur eux. »

La sorcellerie dans le Nouveau Testament

L’interdiction de la sorcellerie dans le Nouveau Testament semble similaire (Épître aux Galates 5:20, comparé à Apocalypse 21:8, 22:15 et Actes des Apôtres 8:9, 13:6).

À supposer que la croyance en la sorcellerie relevait de la superstition populaire, il est étrange de ne rien trouver suggérant que l’aspect maléfique de ces pratiques ne reposait que sur le fait de prétendre être en possession de pouvoirs qui n’existent pas.

Quelques interrogations s’élèvent de nos jours, quant à savoir si le mot pharmakeia, utilisé dans l’Épître aux Galates, trouve une traduction juste avec le terme « sorcellerie ». En effet, ce terme était communément utilisé pour parler de l’usage maléfique de drogues comme les poisons, les contraceptifs ou les substances permettant d’interrompre les grossesses.

La Sorcellerie Selon le Judaïsme :

Les juifs ont souvent été perçus comme sorciers dans l’Europe du Moyen Âge, et persécutés à ce titre durant les siècles de chasse aux sorcières. Mais la grande majorité d’entre eux, perçoivent la pratique de la sorcellerie comme une forme d’idolâtrie, et donc une offense au judaïsme et à son Dieu.

Cependant, un petit groupe de juifs orthodoxes, qui étudient la Kabbale, croit en la magie. Dans la pratique, les rituels sont très différents de la sorcellerie « traditionnelle », mais le fondement (utiliser des forces surnaturelles pour influer sur le monde physique) reste identique. Depuis le siècle des Lumières, la plupart des juifs ont cessé de croire en la Kabbale, et considèrent ces pratiques comme ridicules.

Certains néopaïens pratiquent une forme de magie, syncrétisme du mysticisme juif classique et de sorcellerie moderne. Une référence notable de ce sujet est le livre d’Ellen Cannon Reed : The Witches Qabala: The Pagan Pat hand the Tree of Life. Ce livre ainsi que le Zohar ont été une source d’inspiration pour plusieurs sectes comme par exemple le centre de la Kabbale.

La sorcellerie selon l’Islam :

L’islam reconnaît la réalité de la magie ou sorcellerie (Sihr ), de la voyance, de la divination et de l’astrologie qu’il interdit formellement (Coran, 2 : 102). Il les juge maléfiques. Les sorciers et les devins sont accusés de renier Dieu, nier son unicité (tawhid ) et ses attributs, ces pratiques sont considérées comme des pêchés majeurs relevant de l’associationnisme (shirk ) et de la mécréance (kûfr ). La loi islamique ( charia ) condamne les sorciers à la peine de mort , bien que leur sincère repentir peut-être accepté dans certains cas et sous certaines conditions. L’astrologie, la voyance, la tarologie … font partie intégrante de la sorcellerie selon le hadith qui dit que « Quiconque apprend une part d’astrologie a acquis une part de la sorcellerie; sa part de celle-ci augmente suivant ce qu’il acquiert de celle-là » (rapporté par Abou Dawoud).

La pratique en elle-même est semblable à celle en usage dans d’autres cultures. Elle s’apparente à des rites occultes et sataniques, elle consiste en des offrandes et des sacrifices d’animaux destinés au démon, à l’utilisation d’amulettes protectrices, de pentagrammes et d’incantations inintelligibles. Le sorcier se mettant sous l’égide du diable et des démons, fait appel à des forces du monde de l‘invisible (Alam al ghayb ) tels que les mauvais génies afin de lancer ses sortilèges jusqu’à semer la désunion entre l’homme et son épouse.

« Or, il y avait des mâles parmi les humains qui cherchaient protection auprès des mâles parmi les djinns mais cela ne fit qu’accroître leur détresse. » (Coran, 72 : 6)

Ces sorts qui sont accusés de graves troubles d’ordre psychologique, psychique, physique, relationnel et émotionnel ne peuvent être annulés qu’à l’aide d’une ruqya (lecture du Coran) tel que le recommande la sunna et le Coran .

« Nous faisons descendre du Coran, ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants. Cependant, cela ne fait qu’accroître la perdition des injustes. » (Coran, 17 : 82).

De nos jours, ces pratiques subsistent encore principalement en raison de rituels antéislamiques qui imprègnent encore certaines croyances.

La Sorcellerie Africaine :

Le continent africain recueille un large éventail de religions traditionnelles. Le terme de guérisseur, souvent proposé pour traduire inyanga, a été mal interprété, et est devenu « celui qui soigne en ayant recours à la magie », loin de son sens originel de « celui qui diagnostique et soigne les maux causés par la magie ».

Les combinaisons de croyances et pratiques de l’Église catholique romaine et des traditions, croyances et pratiques religieuses ouest-africaines ont directement contribué à l’émergence du syncrétisme religieux que l’on remarque en Amérique latine, avec des pratiques, entre autres, comme le Vaudou, l’Obeah, le Candomblé ou la Santeria.

Dans les traditions sud-africaines, il y a trois différents types de personne qui pratiquent la magie. La thakatha est habituellement traduit comme la « sorcière », et est considérée comme un personnage malveillant qui pratique secrètement afin de nuire à autrui. Le sangoma est un devin, parfois un diseur de bonne aventure, dont les services sont requis pour détecter la maladie, prédire le futur, voire identifier le coupable d’un méfait. Il a également quelques notions de médecine. Enfin, le inyanga est souvent traduit par le terme guérisseur (bien que de nombreux Sud-Africains remettent en cause cette traduction, puisqu’elle perpétue l’idée erronée d’un guérisseur recourant à la magie). La tâche du inyanga est de conjurer le mauvais sort et de fournir à ses clients les gris-gris nécessaires. Parmi ces trois personnages, la thakatha est presque toujours femme, le sangoma est habituellement une femme, tandis que le inyanga est presque toujours un homme.

Répressions de la sorcellerie :

De nombreux pays, notamment en Afrique, punissent les pratiques de sorcelleries.

La sorcellerie au Cameroun :

Le code pénal, dans son article 251, réprime les pratiques de sorcellerie :

« Est puni d’un emprisonnement de deux à dix ans et d’une amende de 5 000 à 100 000 francs celui qui se livre à des pratiques de sorcellerie, magie ou divination susceptibles de troubler l’ordre ou la tranquillité publique, ou de porter atteinte aux personnes, aux biens ou à la fortune d’autrui même sous forme de rétribution. »

Films, Séries et Dessins Animés en rapport avec la sorcellerie

Bibliographie

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message : (oblig.)
Vous mettre en copie (CC)
 
 

Visitez Mon Site ! Inscrivez-vous ! Je m’inscris.

Mouvement citoyen (ne) Cong... |
justiceaurwanda |
Le Monde d'un Blog qu'on Gobe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lafleur de mai
| Sandra HUET
| Cession et acquisition de s...